Se soigner

5 clés pour éviter les allergies printanières

5 mai 2018

Les premiers rayons du soleil sont enfin arrivés, oh Joie ! Après de longs mois d’hiver, j’accueille avec une immense gratitude ce nouvel air, encore un peu timide, teinté des subtiles senteurs printanières : les arbres fleurissent, comme pour honorer le monde entier de leurs offrandes. Magie une fois de plus renouvelée.
Si l’arrivée du printemps pour moi est une fête et correspond à une montée d’énergie telle la sève dans les arbres, pour beaucoup de personnes il rime plutôt avec rhume des foins, allergie aux pollens et éternuements. Je vous livre quelques secrets de naturopathe pour mieux appréhender cette période, et vivre vos futurs printemps plus sereinement.

Allergie au pollen, rhume des foins : que se passe-t-il ?

Une allergie au pollen, que l’on nomme plus communément « rhume des foins » ou encore « rhinite allergique », c’est une réaction inflammatoire du corps à un élément étranger – ici les pollens – , perçu comme étant un ennemi. Le corps essaye alors de s’en débarrasser. Une réaction allergique, c’est donc une réaction immunitaire un peu excessive de notre organisme. Dans des conditions normales, le système immunitaire n’est pas censé déclencher une réaction aussi violente. Si tel est le cas, c’est que le corps s’est senti menacé. Et s’il s’est senti menacé, c’est bien souvent parce que la première ligne de défense de l’organisme était déjà affaiblie. Cette première ligne de défense, se sont nos muqueuses. Si ces dernières sont endommagées, elles ne jouent plus leur rôle de barrière et c’est alors le système immunitaire qui prend la relève en déclenchant le gros plan d’attaque (bonjour allergie !). Les muqueuses, se sont bien sûr celles de nos poumons (si tu es fumeur, il y a fort à parier que tes muqueuses sont en souffrance, et si tu as mangé beaucoup de fromages et produits laitiers cet hiver, il y a fort à parier que tes poumons sont chargés de mucus) mais aussi celles de nos intestins. Alors que faire ?

 

Clé n°1 : Bien dormir

Etre bien reposé est une donnée essentielle pour mieux appréhender le printemps. Pourtant, c’est trop souvent épuisé par les mois d’hiver que nous abordons la belle saison. Le sommeil et les temps de repos ne sont pas seulement destinés à avoir le teint plus frais : c’est surtout dans ces moments-là que le corps peut passer en mode « parasympathique », entendez par là qu’il peut activer son nettoyage interne et effectuer les petites réparations nécessaires. Nous possédons tous un « médecin intérieur » qui s’active dans nos phases de repos pour prendre soin de nous. Si votre sommeil est de mauvaise qualité ou insuffisant et si vous ne vous accordez pas suffisamment de temps de repos, votre médecin intérieur ne pourra pas jouer son rôle et vous accumulerez dans votre corps des déchets….comme du mucus dans vos poumons, en même temps que vous laisserez s’installer des lésions…comme celle de vos muqueuses par exemple ! En arrivant bien reposé au printemps, votre organisme est donc plus propre et en meilleur état : vous prêtez déjà moins le flanc aux allergies.

 

Clé n°2 : Prendre soin de ses intestins

Ensuite, il n’est pas de système immunitaire cohérent sans intestins en bonne santé ! Notre intestin abrite ce que l’on nomme notre « microbiote » : il s’agit d’un ensemble de bactéries propres à chaque individu. Ce microbiote est une ligne de défense indispensable contre les intrus ! Un microbiote déséquilibré est un affaiblissement considérable de notre immunité : c’est un verrou de plus qui a sauté et qui permet à l’allergie de survenir. Ce sont bien souvent la prise d’antibiotiques cet hiver ainsi que de mauvaises habitudes alimentaires qui ont mis à mal votre microbiote : à la saison froide, vous avez peut-être un peu trop opté pour une nourriture pro-inflammatoire, c’est-à-dire riche en fromages, sucres, charcuteries et gluten. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, cette alimentation inflammatoire a non seulement perturbé votre flore intestinale mais également endommagé votre muqueuse et rendu vos intestins petit à petit poreux. Et voilà, c’est littéralement la porte ouverte au dérèglement immunitaire. Vous l’aurez compris, l’hygiène de vie est donc primordiale dans la question de l’allergie : elle conditionne grandement l’état de nos lignes de défense à l’arrivée du printemps. On adoptera donc un régime anti-inflammatoire qui fait notamment la part belle aux légumes verts – donc riches en chlorophylle pour apporter de l’oxygène aux intestins – et en bons acides gras insaturés (huiles riches en oméga 3 type cameline, périlla, chanvre, lin, colza mais aussi poissons gras). On opte également pour un probiotique pour bien réensemencer la flore intestinale.

 

Clé n°3 : Mettre le foie au repos

Le foie, c’est le compagnon de route inséparable de l’intestin. Tout ce que nous ingérons est tôt ou tard traité par lui : aliments, café, médicaments mais aussi pesticides, engrais contenus dans vos produits de consommation etc. Il filtre tout. Alors imaginez l’état du filtre après la raclette et les tartiflettes de cet hiver ! Encrassé, boursouflé, essoufflé. Elément aggravant : en médecine traditionnelle chinoise, le printemps est la saison du foie : c’est à ce moment que son énergie est censée culminer pour nous donner tout l’élan nécessaire pour sortir de nos tanières hivernales. Un foie épuisé à l’orée du printemps n’augure donc rien de bon. Vous l’aurez compris, c’est le moment idéal pour le chouchouter un peu. Et il ne demande qu’une chose : qu’on lui donne des vacances ! Pour cela on se lance dans une monodiète ou un petit jeûne (si l’on est dans les bonnes conditions – demandez conseil à votre naturopathe) puis on adopte une alimentation légère qui fait la part belle aux radis et aux artichauts notamment.

 

Clé n°4 : Nettoyer son nez à l’aide d’un lota

L’hygiène nasale est importante en période allergique. Un nez encombré se transforme rapidement en foyer infectieux et mieux vaut bien le nettoyer et le désinfecter pour soulager les sinus. Le lota est une technique de nettoyage ayurvédique dans laquelle on utilise de l’eau tiède additionnée de fleur de sel pour venir nettoyer les sinus. Pour cela, il faut se munir d’un neti, un pot qui ressemble un peu dans sa forme à une lampe d’Aladdin qui va permettre de faire passer un filet d’eau dans une narine pour qu’il ressorte par l’autre. Pas de panique ! C’est une technique simple et indolore. Je vous ferai un petit tuto prochainement.

 

Clé n°5 : Quelques plantes amies

Bien sûr, certaines plantes sont vos alliées pour traverser cette période. Voici une petite sélection :

– Bourgeon de cassis : le cassis est anti-inflammatoire et cortisone-like. Il aide grandement à gérer les symptômes de l’allergie. Sous forme de bourgeon, il est particulièrement efficace. 10 gouttes, 3 fois par jour, dans un verre d’eau.

– Desmodium : pour chouchouter votre foie, le régénérer après les maltraitances de l’hiver (froid + nourriture trop riche).

– Radis, Artichaut et Fumeterre : sous forme liquide, en ampoule de préférence, ce sont 3 draineurs du foie. De quoi lui faire une petite detox en bonne et due forme et donc d’amoindrir les symptômes de l’allergie.

 

Evidemment, vous êtes tous uniques, et si vous souffrez régulièrement d’allergies, je vous engage à prendre rendez-vous pour un bilan naturopathique afin de mettre en place une approche individualisée de votre problématique.

D’ici là, prenez soin de vous ♡

You Might Also Like

2 Commentaires

  • Reply Mathilde 6 mai 2018 at 13 h 31 min

    Bonjour Ketty ! Je suis ravie de bénéficier de tes connaissances et de voir déjà la richesse de ton blog !
    Une question concernant les allergies aux pollens : mon petit Paul nous fait sur-reaction sur sur-reaction allergique depuis 10 jours. Est-ce que les conseils et traitement sont également valables pour nos enfants ? Je sais que les huiles essentielles sont à manipuler avec précaution chez eux….
    Mille mercis pour ta réponse ma belle !

    • Reply Ketty 6 mai 2018 at 13 h 50 min

      Bonjour Mathilde ! Merci pour ton message ! Pour un enfant, quelques ajustements spécifiques sont préférables. Pour les plantes, je conseille un trio de 3 bourgeons : cassis, viorne et aulne. Pour la posologie, il faut adapter en fonction du poids de ton petit Paul. Il faut compter une goutte de bourgeon par kilo. A diluer dans un petit verre d’eau. Je vous conseille également l’huile végétale de périlla (celle de Salvia Nutrition – Périlla Complète bio est à mon sens la meilleure). Bien sûr on nettoie bien le nez, avec de l’eau de mer si possible. Et puis on évite les produits laitiers. Tout cela devrait déjà bien l’aider. J’embrasse toute la petite famille !

    Laisser un commentaire