Se nourrir

Ce que manger veut dire

12 février 2018
L’alimentation est la première technique majeure utilisée en naturopathie

Cette information, qui tombe ici comme un pavé dans la mare, aura peut-être pour effet de décevoir une partie d’entre vous qui s’attendaient davantage à me voir dégainer une plante exotique extraordinaire. Ne partez pas trop vite ! Si pour certains manger est une activité grossière purement physiologique, j’ai à cœur de vous parler de ma vision de cet impératif art et d’expliquer pourquoi j’accorderai toujours une place prépondérante à la nutrition sur ce site. Je vous emmène donc pour une série d’articles qui vous permettrons, de semaine en semaine, de reconsidérer complètement votre façon de manger. C’est parti !

Lors de votre première consultation chez un naturopathe – et très certainement pour la suivante également – une bonne partie du temps sera consacrée à étudier vos habitudes alimentaires et à établir un tout nouveau programme personnalisé qui consistera d’une part à établir un fond nutritionnel optimal et d’autre part à déterminer vos aliments de tolérance en regard de votre problématique. Pas très spirituel me direz-vous ? Détrompez-vous. Car aucune graine de magie ne pousse sur une terre malade ou affaiblie. Et cette terre en piteux état, ce sont bien souvent vos intestins maltraités par toute une vie d’habitudes inappropriées associés à des carences et/ou des surcharges multiples. Tout commence donc dans votre sanctuaire : votre corps.

« Le sage c’est celui dont l’intestin fonctionne bien. » Bouddha

Si vous ne croyez pas sur parole votre naturopathe, faites au moins confiance à Bouddha sur la question. Nul n’atteint l’Eveil avec des fonctions physiologiques de base altérées. Et même sans vous être fixé un objectif aussi ambitieux, qui veut aller loin ménage sa monture, et l’on va rarement très loin lorsque nous avons mal voire pas mangé ou encore que notre digestion nous empoisonne l’existence. A tous ceux qui délaissent le corps et la nutrition au profit d’une spiritualité ou d’une vie intellectuelle dissociées des fonctions somatiques, je souhaite ici vous mettre en garde. Votre véhicule physique doit être nourri le plus consciencieusement possible car manger est un acte qui concerne la totalité de l’être : les aliments que vous ingérez sont capables de conserver, rétablir ou détériorer votre santé physique, psychique, émotionnelle & spirituelle. Pour qui veut bien prendre le temps de penser et conscientiser l’acte de manger, la nutrition abrite bel et bien un sens caché.

Etat des lieux

L’évolution des habitudes de consommation depuis quelques décennies n’est pas étrangère à la recrudescence de pathologies intestinales, même silencieuses (fatigue ? déprime ? envie de sucre ? nous y reviendrons prochainement). Nous sommes passés d’une époque où nos grands-mères cuisinaient quotidiennement des produits frais achetés au marché à une alimentation de grandes surfaces de plus en plus industrialisée, toujours plus raffinée, emballée, voire précuite. Cependant, depuis quelques années, face à l’explosion de produits manufacturés & OGMisés, on assiste en parallèle à un véritable engouement pour la cuisine saine & bio.

Parallèlement à ce récent engouement green, plusieurs nutritionnistes et diététiciens populaires dans les médias s’adressent à vous à grand renfort de livres et émissions télévisées choc pour vous faire perdre du poids à base de régimes protéinés et hypocaloriques. Avant même de savoir qui prêche le vrai ou le faux, revenons sur ce que manger signifie.

Ce que signifie manger sur le plan physique

Pour beaucoup, manger revient à ingérer des éléments qui viendront combler notre faim et/ou satisfaire notre gourmandise. Un rapide coup d’œil sur l’état de santé de bien d’entre nous suffit à comprendre que cette façon de s’alimenter conduit à des comportements alimentaires inadaptés occasionnant de très nombreuses pathologies ainsi que des prises voire des pertes de poids importantes en fonction de la psychologie et constitution de chacun.
Pourtant, manger est une nécessité fondamentale de l’homme dont le but n’a rien de commun avec tout cela. Cette nourriture qui est à tort avalée instinctivement, à peine mastiquée souvent, c’est bien elle qui vous apporte l’énergie nécessaire à vous maintenir en vie et en mouvement.

Manger c’est avant tout nourrir nos cellules. Ce que je mets dans ma bouche viendra nourrir ma profondeur cellulaire pour :
⇨ Apporter des nutriments au cœur de ma cellule afin qu’elle les transforme en énergie à redistribuer au cerveau et aux muscles.
⇨ Entretenir, construire et renouveler mes tissus et organes, c’est-à-dire maintenir l’intégrité de mon corps.
⇨ Participer à la réplication de l’ADN et donc au maintient de mon information génétique.

La cellule, c’est la plus petite unité structurale de notre corps. C’est l’assemblage intelligent de celles-ci qui constitue notre corps. La cellule, c’est donc le fondement de ce que nous sommes, le saint des saints. Sans même que nous en ayons conscience, elles s’activent nuit et jour pour maintenir l’intégrité de notre corps, sa forme, son fonctionnement et son code génétique unique. Ce sont de petites usines au fonctionnement complexe qui ne peuvent tourner qu’avec ce que nous leur apportons : de l’oxygène, de l’eau et de la nourriture.

Je suis ce que je mange

Les aliments ingérés, une fois réduits en toutes petites molécules vont traverser la paroi cellulaire afin de permettre la production d’énergie et fabriquer les nouvelles briques de notre corps qui viendront réparer celles qui sont trop anciennes ou endommagées. En d’autres termes : nous devenons littéralement ce que nous mangeons.

Dès lors, interrogeons-nous sur ce que nous devenons lorsque nous consommons des aliments vides de vitamines et minéraux, carencés en nutriments et surchargés en additifs industriels tels chips, soda, kebabs et légumes non bio traités aux pesticides ?
Inévitablement, si je mange des aliments malsains, je construis mon corps avec des ordures et donc je bâtis un taudis. Je ne peux dès lors prétendre qu’il en émane autre chose que maladie, anxiété et mal-être. Ne pensez pas qu’une feuille de salade et une rondelle de tomate au sein de votre BigMac vous apporteront ce dont vous avez besoin : cela revient à mettre une goutte d’huile essentielle dans une immense fosse à purin.

C’est ici qu’il est essentiel de bien établir le lien direct entre santé et nutrition et ne plus banaliser l’impact de la très grande majorité des produits actuellement vendus dans le circuit de la grande distribution.

Les conséquences d’une mauvaise alimentation sur tous les plans de l’être

Je mange mal DONC :

Mes fonctions physiologiques se détériorent
= carences, surcharges, problèmes de cholestérol, diarrhées, constipation, maux de ventre, problèmes cardio-vasculaires, allergies etc.

Mon énergie est altérée
= fatigue, manque d’élan, d’entrain, blocages.

Mes émotions sont instables
= déprime, euphorie (parfois en alternance), envie irrépressible de sucré, colère, inconstance, cyclothymie etc.

Mon mental est perturbé
= anxiété, mauvaise image de soi (trop gros, trop maigre, « pas assez », « trop »), idées obsessionnelles, problèmes de mémoire, de concentration, rumination.

Ma spiritualité est brouillée
= je ne conscientise plus ce que je fais, mode « automatique », déconnexion avec mon Moi profond, décalage entre mes aspirations nobles et mes actes, narcotisation, recherche effrénée de plaisirs affectant la conscience (alcool, tabac, drogues, jeux vidéos, sortie du réel etc.)

Mon rapport aux autres est affecté
= agressivité, manque d’implication, influençabilité.

Mon rapport à la planète est nocif
= impact écologique dramatique d’une alimentation non bio, transformée, importée.

Ce que signifie manger sur le plan symbolique

Si d’un point de vue physiologique manger signifie nourrir nos cellule, sur le plan symbolique manger nous parle de transformation & de création. L’acte de manger contient en soi une importance spirituelle, une dimension alchimique. Chaque repas est le lieu d’une transformation : celle de la nourriture en santé, en force, donc en amour et en volonté. En nous traversant, la matière ingérée est dissociée, puis assimilée & enfin animée. Elle est au fondement de chacune de nos pensées, chacun de nos gestes. Comment le cerveau fonctionnerait-il sans apport nutritif ? Interrogeons-nous alors : quelles pensées, quelles idées, quels sentiments, quels actes peuvent résulter d’une alimentation frelatée, de légumes arrosés de pesticides, de pizzas surgelées, de chips et gâteaux industriels, d’une viande issue d’animaux élevés et abattus dans des conditions déplorables ? Quelles forces jailliront de la transformation de cette alimentation ? De quelle énergie, de quel souffle pouvons-nous être animés ?

J’aime à penser qu’un repas est une cérémonie magique, l’occasion sans cesse renouvelée d’affirmer ce que nous voulons devenir et d’élargir notre conscience. Manger c’est transformer l’inanimé en animé. Manger en conscience, c’est se faire à chaque repas les alchimistes de notre destinée. C’est assimiler ce dont nous avons besoin pour avancer, et rejeter l’inutile ou le néfaste. Il s’agit bien ici de faire un tri intelligent. Cela ouvre la voie pour mieux comprendre certains maux : diarrhées & constipation/difficulté à grossir ou à maigrir posent d’emblée les questions suivantes qu’est-ce que je ne veux pas intégrer, accueillir dans ma vie ? et pour l’autre qu’est-ce que je cherche à retenir absolument ?

Puisque nous avons ici posé les bases de ce que manger veut dire, et de l’importance capitale de choisir soigneusement les aliments que nous consommons, je vous parlerai très prochainement de l’étape suivante : se responsabiliser, privilégier une alimentation vivante & manger en pleine conscience.

You Might Also Like

Aucun commentaire

Laisser un commentaire