Se nourrir

Super-aliments : pourquoi & comment les intégrer au quotidien ?

8 octobre 2018

Avez-vous déjà entendu parler des « super-aliments » ? Peut-être les avez-vous déjà croisés. Ils portent souvent des noms aux sonorités exotiques : açai, aguayamento, lucuma, maca, urucum etc. Petit à petit ils envahissent les étagères des magasin bio et s’invitent dans les petits plats des cantines bio & végétariennes. Le plus connu d’entre eux, vous n’avez pas pu y couper : la spiruline ! Aujourd’hui, je fais le point sur cette nouvelle catégorie d’aliments devenus des incontournables de la cuisine saine. Car au-delà d’un phénomène de mode, la consommation des super-aliments vient répondre à un véritable besoin physiologique et vous avez tout à gagner à les inviter dans votre quotidien. Focus sur ces véritable petits trésors de la nature…

 

Un super-aliment c’est quoi au juste ?

Les super-aliments, ce sont des aliments très concentrés en nutriments, naturels & non transformés par la main de l’homme.
⇢ Les nutriments sont les éléments nutritifs indispensables à la vie et au maintien de l’intégrité de notre corps. On distingue les macro-nutriments (glucides, lipides, protides) et les micro-nutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments). Ces deux types de nutriments se trouvent dans les aliments que nous consommons au quotidien. Dans les super-aliments, nous retrouvons ces nutriments mais dans des proportions bien plus élevées, ce qui en fait des produits de choix pour booster nos apports souvent en-deça de nos véritables besoins.

 

Quelle est la différence avec un complément alimentaire ?

⇢ Un complément alimentaire est une composition fabriquée par la main de l’homme. Il s’agit d’une ou plusieurs substances mélangées dont les concentrations sont élaborées en fonction de l’effet recherché sur la physiologie. Avec un complément alimentaire, on obtient des résultats plus rapides et plus ciblés car les principes actifs sont plus concentrés. Mais ils ne peuvent pas être pris sur le long terme car ces fortes concentrations peuvent induire petit à petit des déséquilibres. Ils sont donc parfait pour des cures ponctuelles mais ne peuvent pas véritablement faire partie d’une routine de vie.

⇢ Un super-aliment est un aliment que l’on a pris dans son intégralité. Les molécules n’ont pas été séparées, extraites ou modifiées. La main de l’homme intervient uniquement dans son conditionnement : sous forme brute, de poudre, d’huile etc. Avec un super-aliment, on obtient des résultats plus lentement, sur le long terme, mais dont les effets sont durables. En n’isolant pas un principe actif mais en prenant le totum de la plante/fruit/graine etc. on bénéficie de la synergie parfaite que la nature a crée. En ne concentrant pas artificiellement les principes actifs mais en conservant le produit dans l’état où l’intelligence de la nature l’a crée, on n’induit pas de déséquilibre. Ainsi, les super-aliments peuvent être pris au long cours, voire en continu, et permettent d’augmenter la teneur nutritionnelle de notre alimentation.

 

Pourquoi est-il aujourd’hui nécessaire d’intégrer les super-aliments dans notre alimentation ?

Je pense qu’aujourd’hui nous avons tout intérêt à consommer régulièrement des super-aliments pour booster nos apports en micro-nutriments. Nous en sommes malheureusement arrivés à un point de notre civilisation où la seule alimentation classique ne suffit plus à couvrir nos besoins car elle est de plus en plus appauvrie, même lorsqu’elle est bio. Ce constat est le résultat – entre autres – de trois principaux facteurs :

⇢ L’appauvrissement des sols & les modes de culture modernes conduisent à la production d’aliments bien moins riches en nutriments que jadis. A quantité égale de fruits, légumes et céréales, on se retrouve avec moins de micro-nutriments dans notre assiette aujourd’hui qu’aux temps de nos grands-parents. Notre apport de base est donc carencé.

⇢ Notre mode de vie actuel nous pousse à « griller » plus vite nos réserves de micro-nutriments. Les niveaux de stress ne cessent d’augmenter en même temps que nous évoluons dans un environnement de plus en plus hostile : pollution environnementale, pollution électro-magnétique etc. Tout cela conduit à une oxydation accélérée de l’organisme et le pousse à consommer plus vite ses ressources. A cet égard, le magnésium est un bon exemple car une grande partie de la population s’en trouve carencé.

⇢ En parallèle, la généralisation de la consommation d’aliments industrialisés & raffinés non seulement n’apporte pas de bons nutriments en quantité suffisante mais de surcroît en carence drastiquement le corps en même temps qu’il le surcharge en déchets.

Dans ce contexte, l’intégration de super-aliments dans notre hygiène vie me semble être une clé majeure pour soutenir notre vitalité.

 

Ma sélection pour commencer à intégrer les super-aliments dans votre vie

Il existe aujourd’hui de très nombreux super-aliments sur le marché et je reconnais qu’il peut être difficile de s’y retrouver parmi cette offre. Toutes sortes de baies et de poudres exotiques sont venues conquérir les rayons de nos magasins bio (et je m’en réjouis). Cependant, je pense également que dans un premier temps, il n’est pas nécessaire de vous ruiner en achetant tous ces super-aliments venus de l’autre bout du monde et qui coûtent une véritable petite fortune. Je vous propose plutôt, dans une première intention, de faire connaissance avec des super-aliments que l’on trouve facilement dans nos contrées et qui vous apporteront une foule de bienfaits !

 

LES GRAINES GERMÉES

Avez-vous déjà entendu parler de ces petites graines magiques ? On les trouve au rayon frais des magasins bio dans des petites barquettes. Mais on peut aussi les faire pousser facilement chez soi, même quand on n’a pas la main verte. A mon sens, c’est un INCONTOURNABLE de l’alimentation saine & vivante ! Elles n’ont que des avantages : elles sont gorgées de vitalité, très nutritives, simples à faire pousser, faciles à digérer, et très bon marché

Les graines germées sont des graines qui ont subi un processus de germination : elles ont été trempées dans l’eau, ce qui a activé un processus enzymatique. Une petite pointe apparaît : c’est la vie qui se manifeste ! Il s’agit de l’embryon de la future plante : elle contient en « germe » tous les potentiels de son développement total. Les graines germées sont donc tout particulièrement concentrées en micro-nutriments : toutes les richesses de la plante adulte dans une minuscule graine ! Je les aime tellement que je consacrerai prochainement un article entier aux graines germées.

 

 

Intérêts :
– Richesse en micro-nutriments : vitamines, sels minéraux, oligo-éléments, fibres, enzymes, acides aminés pour venir nourrir la cellule et faire le plein de vitalité.
– Richesse en chlorophylle pour un bon fonctionnement intestinal et la purification de l’organisme.
– Le processus de germination rend les molécules hyper-assimilables car le processus de digestion est déjà entamé. Non seulement vous les digérez facilement mais en plus la cellule en tire des bénéfices immédiats. Vous venez littéralement recharger vos batteries.

 

Lesquelles choisir ?
Je vous conseille de varier les graines que vous consommez afin de tirer bénéfices des bienfaits propres à chacune. Mais pour commencer, je vous propose d’intégrer à vos assiettes les graines d’alfalfa (luzerne) : vous les trouverez facilement en magasin bio et elles ont un goût neutre donc facile pour commencer. Les graines germées se conservent quelques jours au réfrigérateur, dans une boîte bien fermée.

 

Comment les consommer ?
On les mange crues. De préférence au déjeuner car elles sont si vitales que chez certains elles empêchent de dormir. L’équivalent d’une poignée par jour, assaisonnées avec un peu d’huile.
Vous pouvez les consommer en salades, avec d’autres crudités par exemples, ou encore dans vos sandwichs. Vous pouvez simplement les rajouter telles quelles dans votre assiette avec votre plat du jour.

 

LES ALGUES DE MER

On parle beaucoup de la spiruline ou encore de la klamath qui sont des algues d’eau douce. Mais les algues de mer ont aussi leur mot à dire et je vous conseille vivement d’aller à leur rencontre. Peut être que celles-ci, de prime abord, vous rebutent ? Je vous propose tout de même de les tester et je suis prête à parier que vous serez fort étonnés de tant les apprécier !

Les algues, ce sont un peu les légumes de la mer ! A cela près qu’elles ont une teneur en minéraux absolument exceptionnelle. Elles sont récoltées dans des zones hyper-controlées : une donnée importante lorsque l’on songe à la pollution des mers.

Intérêts :
– Richesse en minéraux
– Richesse en protéines : selon les variétés entre 10 à 40%. Un précieux atout pour les végétariens notamment.
– Teneur élevée en iode. L’iode est indispensable au bon fonctionnement de la thyroïde. Nous sommes nombreux à en être carencé, ce qui aboutit volontiers à une forme d’épuisement. Attention donc inversement à ceux qui sont sujets à l’hyperthyroïdie : les algues vous sont déconseillées !
– Riches en antioxydants
– Effet sur la satiété

Lesquelles choisir ?
Pour vous familiariser avec le goût des algues, je vous suggère de commencer par la laitue de mer dont le goût est plus doux que les autres. Mais vous pouvez aussi opter pour une salade du pêcheur qui correspond à un assortiment de plusieurs algues vendues en sachet en magasin bio. Avec le temps, n’hésitez pas à varier les plaisirs en goûtant la dulse ou encore la wakamé.

Comment les consommer ?
Pour les consommer, plusieurs possibilités :
– En paillettes : à saupoudrer sur vos salades à raison d’une à trois cuillères à café.
– En tartare : à tartiner sur une belle tranche de pain au levain. C’est ma forme préférée ! Pour goûter, vous en trouverez des prêt-à-consommer au rayon frais. Mais vous pouvez aussi les réaliser vous-mêmes en achetant la ou les variétés d’algues que vous préférez et en les mixant avec un peu d’huile, et tous les ingrédients qui vous plairont (ails, câpres etc.)
– En feuilles à rouler : je pense ici à l’algue nori dans laquelle vous pouvez envelopper vos riz aux légumes à la façon des makis.

 

LE JUS D’HERBE

Vous connaissez déjà ma passion pour les jus de légumes pressés à froid à l’extracteur. Je vous en parlais dans un récent article et je suis convaincue que c’est un outil d’une puissance exceptionnelle pour maintenir et/ou recouvrir la peine santé. Cependant, plusieurs facteurs peuvent entraver la consommation quotidienne des jus de légumes : le coût élevé de l’achat de l’extracteur, le coût élevé des fruits & légumes bio ou encore le manque de temps. J’ai pour vous une solution : le jus d’herbe ! C’est une alternative très intéressante & économique à la consommation de jus…mais son goût pourrait ne pas ravir tous les palais !

 

Intérêts :
– Richesse en minéraux
– Richesse en chlorophylle : il est d’une aide précieuse pour lutter contre les problèmes digestifs et la candidose notamment. Aide à lutter contre la constipation.
– Très riche en calcium
– Très alcalinisant. La majorité d’entre ayant tendance à l’acidose, tout le monde bénéficiera des propriétés basifiantes du jus d’herbe.
– Reminéralisant
– Purifiant de l’organisme : effet detox
– Effet coupe-faim. Efficace sur les fringales sucrées.

 

Lequel choisir ?
Nous parlons de jus d’herbe de blé ou d’orge.
Le jus d’herbe peut être consommé sous forme fraîche ou en poudre. La forme fraîche est idéale mais vous aurez bien du mal à vous en procurer. Et il vous faudra aussi un extracteur pour en faire du jus. On trouve parfois des barquettes d’herbe de blé en magasin bio, mais c’est assez rare. Si vous en avez la possibilité, vous pouvez la faire pousser chez vous. Sinon, je vous conseille plutôt de vous orienter vers la poudre de jus d’herbe, que l’on trouve facilement en magasin bio et très facile à consommer.
Il faut impérativement la choisir de qualité biologique et que le mot « jus » apparaissent en toutes lettres (sinon il s’agit de pousses déshydratées et ça n’a plus du tout le même intérêt). Choisissez-les sans additifs (attention notamment à la présence de maltodextrine).
♡ Je vous recommande celle de la marque SFB dont la qualité est irréprochable.

 

Comment le consommer ?
La poudre doit être diluée dans l’eau. La quantité à consommer est d’environ une cuillère à soupe par jour mais pour commencer, allez-y doucement : d’abord un quart de cuillère, puis une demie etc en augmentant petit à petit tous les 5 jours, pour parvenir à une cuillère à soupe. Il peut se consommer à n’importe quelle heure.
Pour un effet coupe-faim, on le consommera 30 minutes avant de manger.
Si vous avez une tendance à la constipation, consommez-le de préférence le matin à jeun.

 

LE POLLEN FRAIS

Le pollen, c’est la semence mâle des fleurs que les abeilles vont récupérer. Ça ressemble à de toutes petites pelotes dorées & moelleuses. Si vous n’êtes pas allergique aux produits de la ruche, vous tirerez de grands bénéfices à faire occasionnellement une cure de pollen !

Intérêts :
– Grand revitalisant
– Richesse en vitamines du groupe B : action bénéfique l’équilibre nerveux.
Probiotique naturel : entretien une bonne flore intestinale
– Assainissant du tube digestif
Antibactérien
Anti-inflammatoire
– Favorise la circulation sanguine
– Grande richesse nutritive et facteurs de croissance : Idéal pour les enfants un peu chétifs. Ou même pour ceux qui veulent prendre du poids.
– Aide pour les problèmes de prostate : notamment le pollen de saule.
– Richesse en antioxydants.
– Contient tous les acides aminés essentiels

Lequel choisir ?
Il existe de nombreuses variétés de pollen mais avant toute chose il est essentiel de le choisir frais et surtout pas séché. Sous la forme séchée, il a perdu 40% de ses nutriments. On s’orientera donc vers la forme fraîche que l’on trouve au rayon surgelé des magasins bio (marques Pollenergie ou l’Abeille Heureuse). Il est vendu sous forme de barquette, qu’il faudra conserver chez vous au congélateur.

 

⇢ Pour l’effet bénéfique sur l’intestin, on privilégiera le pollen de ciste
⇢ Pour favoriser la circulation sanguine, on choisira préférentiellement le pollen de châtaigner
⇢ Pour les troubles de la vision et de la prostate, le pollen de saule est plus indiqué
⇢ Pour favoriser la mémoire, on consommera du pollen de bruyère

 

Comment le consommer ?
La cure de pollen doit durer au minimum 3 semaines et s’étendra idéalement jusqu’à 2 mois, à raison de 2 fois l’an. On en consommera 2 cuillères à soupe de préférence le matin. Pour les enfants, 1 cuillère à café suffit. Le pollen se conserve au congélateur mais il reste tendre : vous n’aurez aucun mal à prélever chaque jour la quantité voulue. Personnellement, J’aime mélanger le pollen à une compote ou le saupoudrer sur mes salades de fruits ou porridges. A vous de jouer !

 

Bonne revitalisation ! ♡

You Might Also Like

Aucun commentaire

Laisser un commentaire